L’encyclopirate
 
Accueil KiSS../KiSS/Accueil.html
Blogue du Réalisateur../uncargopourlafrique/Blogue/Blogue.html
Index EncyclopirateEncyclo.html
 
 

Châtiments et punitions



L'abandon sur une île déserte. Cela s'appelait « maronner » quelqu'un. Dans l'île au trésor de Stevenson un des personnages principaux et justement un pirate « maronné ».

La coutume était de laisser au « maronné » un couteau, un pistolet avec quelques balles et un peu de poudre. Rien à boire et rien à manger. Le plus souvent le condamné mourrait d'une insolation parce qu'on lui choisissait pour île un simple banc de sable au milieu de l'océan. Si le crime était plus grave, il arrivait qu'on coupe le nez et les oreilles au condamné avant de l'abandonner. (L'illustration sur cette page est de Howard Pyle)

Meurtre entre flibustiers: on attache l'assassin à sa victime et jette les deux par-dessus bord.

Peloton d'exécution: on permet aux condamnés de choisir les hommes qui composeraient le peloton. Les flibustiers considéraient ce geste comme très généreux puisque celui qui allait mourir pouvait choisir un ami qui ne le ferait pas souffrir... ou de défier son pire ennemi en le choisissant pour lui montrer qu'on ne craint pas de mourir. Les condamnés sont attachés au mât.

Le passage à la planche. Soit jeter les condamnés à la mer. Probablement une légende. Il n'y a aucune preuve que les pirates l'aient utilisé... Mais Howard Pyle en a fait une superbe illustration.

Si cela vous semble cruel, dites-vous que ce n'est rien en comparaison aux châtiments infligés dans la marine « régulière ». Pour un simple morceau de pain volé un marin pouvait être condamné à la « grande cale ». C'est-à-dire qu'on attachait le malheureux par les pieds et les mains avant de le jeter devant le navire en marche retenu par de longs câbles que deux équipes de bourreaux tiraient de chaque côté de la coque. Le bateau lui passait dessus et la tension sur les câbles empêchait qu'il remonte l'obligeant à passer sous le navire sur tout son long, s'arrachant la peau sur les coquillages collés à la coque. Du condamné proprement écartelé, il ne restait à la fin qu'un bras ou une jambe au bout des câbles, le reste allant droit dans le ventre des requins!