L’encyclopirate
 
Accueil KiSS../KiSS/Accueil.html
Blogue du Réalisateur../uncargopourlafrique/Blogue/Blogue.html
Index EncyclopirateEncyclo.html
 
 
Associés à la vie à la mort ?


Les flibustiers se joignent deux ensemble et se nomment l'un et l'autre «matelot». Cette pratique se nomme « le matelotage ». L'un soutient l'autre, le soigne en cas de maladie ou de blessure, le protège dans les coups durs, et le survivant hérite des biens du trépassé. On raconte même que si l'un se marie, au lendemain du mariage le second rapplique à la maison et le remplace la nuit suivante auprès de la mariée.


Chose certaine, lorsque des « matelots » se séparent cela donne souvent lieu a de grandes scènes de larmes. Associés pour le meilleur et pour le pire certains flibustiers en « matelotage » développaient un sentiment amoureux envers leur compagnon.


Beaucoup d'historiens écrivent que flibusterie est un milieu où les femmes sont pratiquement absentes, ce qui ne laisse pas beaucoup de choix pour le coeur en mal d'amour et expliquerait des pratiques homosexuelles. À bord des navires, c'est probable. Mais durant les longues relâches sur des îles tropicales il y a des « arrangements » avec les Indiens qui aujourd'hui peuvent paraître choquant, mais sont un des avantages de la vie de flibustier.


Comme l'explique Esquemelin, la coutume sur beaucoup d'îles permet au flibustier de passage de se louer les services d'une femme Indienne pour le prix d'un couteau, d'une hache ou autre objet d'utilité. Par le contrat tacite qui lie l'Indienne au flibustier, elle doit rester à son service tout le temps de son séjour. Elle lui apporte toutes les sortes de vivres produites dans la région. De son côté, le flibustier reçoit des Indiens le droit à de chasser, de pêcher et de s'adonner tous les divertissements qui lui plaisent à la condition évidemment de ne jamais causer de tort aux habitants qui l'accueille. Une version finalement très moderne du « mariage à l'essai »! On comprend que souvent, au moment de repartir, plusieurs flibustiers qui décidaient de rester.


Et qu’est-ce qui arrive du matelotage si l’un décide de s’établir ? Soit que le «compagnon» décide de repartir à l’aventure, soit il décide de s’établir lui aussi... Mais l’histoire ne dit pas si ça devenait forcément des «mariage à trois» !


Faut aussi mentionner de plus que les unions homosexuelles, dérivées du "matelotage", en choquaient plusieurs dont le Huguenot Levasseur qui, à titre de gouverneur de l’île de la tortue fit venir des centaines de prostituées européennes pour mettre fin ces unions. Le gouverneur qui suivit Levasseur, Bertrand d’Ogeron, fit lui aussi venir d’Europe des femmes qui sont vendues aux enchères aux flibustiers et boucaniers ! Comme quoi, la «solution» des bien-pensant respectait encore moins les libertés individuelles que les ententes à l’amiable des flibustiers.

 
Le MATELOTAGE